Anorexy is my artistic Death

Liste des choses pour ma fugue définitive.

Les Vêtements :

-Entre 4 et 7 culottes. C'est peu, mais je crois pas que je survivrai plus de 3-4semaines. Je les laverai là-bas, dans un salon-lavoir et puis, avec des protèges-slip ça devrait faire l'affaire.
-3 soutifs. Un de gym, un en en dentelle bordeau, un blanc à pois noirs.
- Ma mini-jupe écossaise.
-Ma chemise, ma ceinture, mon haut hippy acheté dans un second-hand shop à Paris...
-Mon jeans large foncé. ( pas mon slim qui vaut plus rien!! Si jamais j'aurai assez de fric, je m'achèterai des Levi's 501! )
- Mon pull en laine trop grand mais qui me donne un air "gamine dépressive". Ce que je suis. Avec du mascara, je suis irrésistible!
-Un débardeur quelconque.
-Une robe que je ne possède pas encore, mais que je vais acheter chez Jennyfer. Très hippy, nature pas trop fashion. Bref, parfaite.

Ma Trousse De Toilette :

- Un dentifrice et une brosse à dent
- Un mascara et un khôl ( mes yeux sont la seule chose que j'ai de beau sur mon visage.)
- Des aspirines + un couteau à fruits, pour quand je petterai les plombs.
-un gloss transparant.
-Un shampoing
-Un savon.

Autre :

- Mon mp3 si je le retrouve, mais j'crois pas que ce sera le cas. Sinon, ben, je m'en achète un autre.
- Des livres. Avant de crever faut lire : "Ainsi paralait Zarahoustra" de Nietzsche, toujours de la philo ; ""Les Chants de Maldoror" d'Isidore Ducasse (LAutréamont et "Juliette" du Marquis de Sade, pour une touche de sadisme ; un magazine pour se lâcher ; un livre - nimporte lmequel de Frédéric Beigbeder ou de Lolita Pille, pour une leçon de morale nihiliste en dernière heure.
-Une bouteille d'eau, une très grande.


Je crois que c'est à peu près tout. Mais c'est aps sûr. Peut-êre un peu moins, peut-être un peu plus. En même temps, j'sais aps comment j'vais foute tout ça dans mon sac bleu-marine. ><
POurquoi autant de fringues et du maquillage ?! C'est vrai que ça me ressemble pas du tout.
Mais faut savoir, que pour ses derniers jours, on a enbvie de plaire, on a envie de se faire dépuceler par un intelectuel rencontré dans un bar, impressioné par le fait qu'une gamine de mon âge, fugueuse lise de la philo, et qui en passant me saute parce qu'un amour éphèmère n'est bon qu'avec une inconnue intriguante. Ou alors un photographe lassant ses derniers clichés en me photographiant, pudique, cachant mon horrible graisse, mais toute de même jolie. Oui, je veux plaire, pour mes derniers instants. J'aurai beau être une conne parfaite, le suicide, et le masochisme, c'ets comme l'ecstasy. Avant de sentir cette grande bouffée d'inquiétude et d'angoisse, on veut en profiter. En profiter jusqu'à la mort.


24/05/2009
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres