Anorexy is my artistic Death

Moi ? Moi, j'retrouve Mia dans la cour...





Moi..? J'ai rendez-vous avec Mia dans la cour...

Vous connaissez cette sensation ?
Quand vous mangez,mangez,mangez,et mangez...et vous vous goinfrez, oh oui! c'est dégoutant, vous n'en pouvez plus mais vous continuez. Vous avez mal, tellement mal!, à force de vous goinfrer comme une grosse vache! Et vosu n'en pouvez plus, mais vous continuez. Un biscuit, puis un autre, puis un autre et toute la boîte a disparu, puis un côte d'Or de 300 grammes au Gianduja. Beurk! En plus, vous n'aimez pas, ce ne'st aps comem si c'était un truc édlicieux, non ! Mais vous continuez. Et vous entendez une petite voix vous dire "Arrête! Tu as mal, non ?! Arrête, grosse cochonne !" Mais vous continuez. Et vous vous mettez à chialer, oui, à chialer de tout coeur !! Et votre ventre vous fait maaal! Alors vous vous arrêtez, et même si vous savez que toutes ces calories vous feront grossir, vous essayez de ne pas vous faire vomir, de tenir le coup, de ne pas lâcher, de ne pas céder à Mia, ne pas avoir mal à la gorge... Alors vous tenez le coup, mais y a un tout petit bout de chocolat qui est resté... Vous ne le mangez pas, mais son odeur vous écoeure... Allors vous prétexez un retard à un rendez-vous avec Camille - vous étiez censées vous rencontrer en ville et aller au ciné - et vous sortez en courant. Dans les escaliers vous vous attachez les cheveux, vous sortez à toute allure, vous allez vous acheter une bouteille d'Evian ( parce que Vitel et Contrex, ça commence à vous faire chier, mais grave! ), vous rerentrez, et vous vous dirigez vers la cour de l'immeuble. Là, vous buvez d'un trait la moitié de la bouteille et vous vous penchez. Vous enfoncez votre indexe et votre majeur le plus profond possible dans votre gorge, une fois, deux fois, 3 fois, ça sort. Des larmes coulent sur vos joues et brulent vos pommettes ? Ce n'est rien comparé à la douleur qui est dans votre gorge, à  cause de cet acide. Ensuite, vous sentez que vous n'êtes pas à boute t vous recommencez jusqu'à en cracher du sang et de la sueur. Vous partez d'un rire masochiste léger, vous vous sentez soulagée, toute cette saleté, cette impureté a enfin quitté votre  corps. Mais une honte s'empare aussitôt de vous. Comment avez-vous pu craquer ?! Comment avez-vous pu céder à Mia ? Et vous vous mettez à chialer, à genou dans la cour. Vous entendez les pas de la concierge et vous vous cassez.
Oui, un rendez-vous dans la cour avec Mia, c'est pas chouette. Mais au fond, ça vous a un peu soulagé, non ? Vous vous sentez presque propre, maintenant. Parce que... Ana, c'est une salope, non ? Elle vous offre cet idéal de beauté, cette perfection, sans trop de souffrance, mais c'est une garce. Quand elle vous cause c'est toujours pour vous insulter et vous foutre le moral à zéro. Elle est sadique et aime vous faire souffrir, et si vous ne souffrez pas trop... elle est là pour arranger ça. Mia, c'est différent. On a beau la haïr plus qu'Ana, on a beau la détester... On a beau avoir très très mal quand elle est là. On a beau souffrir... Mais au moins elle nous réconforte. Elle nous purifie, nous console. C'est notre grande soeure. On la hait, et pourtant elle nous aide un peu. Ana, on la suporte, pourtant c'est une garce. On vit dans le paradoxe, amis c'est ainsi.
Moi, je les déteste autant l'une que l'autre.
Mais je vis avec les deux.
Et même si après un jour de jeune, et une semaine à bouffer deux pommes par jour, j'ai rendez-vous avec mia dans la cour....



24/05/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres